Présentation

Fondée le 1er janvier 2009, COSEDEC, Coopérative romande de sensibilisation à la gestion des déchets, poursuit les activités menées depuis 1998 sous la bannière du Réseau-écoles de sensibilisation à la gestion des déchets.

COSEDEC constitue un centre de compétence romand en matière d’information, de sensibilisation et de pédagogie en gestion des déchets. Elle bénéficie de la reconnaissance des instances fédérales (OFEV) et cantonales (DFJP). La mission de COSEDEC est définie à l’Article 2 de ses statuts:

 

La société a pour but de promouvoir, développer et coordonner les activités de ses membres dans le domaine d’une gestion responsable des ressources et des déchets, en organisant et en animant un réseau d’activités et d‘information, de formation et de sensibilisation à cette problématique; et  en mettant sur pied un programme didactique de développement pédagogique d’animations à l’intention du public en général et en particulier des élèves des écoles.

COSEDEC déploie ses activités prioritairement dans les périmètres membres de la Coopérative. Elle peut toutefois intervenir dans tous les cantons romands dans la mesure de ses compétences.

Nos valeurs

Engagement

Nous nous engageons pour des actions concrètes et oeuvrons pour transmettre notre savoir dans un objectif de mieux vivre ensemble.

Cohérence

Nos actions, nos décisions, nos comportements parlent d’eux-mêmes. Ils sont les illustrations visibles de la mission de COSEDEC. Nous réalisons notre mission en joignant les actes à la parole.

Bienveillance

Nous ne jugeons pas les personnes, ni les idées. Nous cherchons à comprendre, à aider dans un esprit d’amélioration et de collaboration.

Crédibilité

Nous gagnons notre crédibilité grâce à notre expertise et connaissance du terrain. Notre crédibilité est reconnue au travers du respect de nos engagements.

Rapports d'activités

Historique

2017

  • Fin des animations EXP’AIR.

2016

  • Développement de la formation d’adultes.
  • CELTOR quitte la Coopérative.

2014

  • Organisation en secteurs d’activités.

2013

  • Démarrage des animations EXP’AIR à Genève.

2012

  • Mandats de coordination pour les périmètres.
  • Le nombre d’animations passe le cap des 2’000.

2011

  • La nouvelle organisation démarre. Le temps de travail de quelques animateurs est augmenté. Les EPT se montent à 8.1, pour 15 collaborateurs.

2010

  • Changement de direction.
  • Redéfinition des textes de base, règlements d’entreprise, contrats et cahiers des charges.

2009

  • Le 1er janvier, COSEDEC entre en activité.

2008

  • Remise du rapport de travail « Réseau-écoles », qui parvient à la conclusion que la structure est mûre pour changer de statut.
  • Séance plénière du Réseau-écoles. Un consensus est trouvé sur sa forme juridique future: ce sera une coopérative.
  • Le 5 décembre, COSEDEC est constituée. Elle compte parmi ses membres fondateurs: CELTOR, la CODEB, GEDREL, SEOD, STRID, VADEC et VALORSA.
  • Première séance du conseil d’administration.

2007

  • Mise en place d’un groupe de travail amené à réfléchir à la mission du Réseau-écoles, son avenir et son organisation.

2003

  • Signature d’une nouvelle convention pour une durée de trois ans. SATOM décide de ne pas poursuivre l’aventure, tout en maintenant des prestations d’animations dans les classes de son secteur.

2002

  • Le canton de Genève, le SEOD (Delémont) et CELTOR (Tavannes) adhèrent au système.

2001

  • CRIDOR (UIOM de la Chaux-de-Fonds) et SAIOD (UIOM de Colombier) signent la convention.

2000

  • Renouvellement de la convention inter-périmètres, pour une durée de trois ans. SATOM (usine d’incinération de Monthey) signe la convention.

1998

  • Signature de la première convention inter-périmètres. Elle entérine le principe des animations en milieu scolaire dans le canton de Vaud. Elle est ratifiée par GEDREL, SADEC, STRID et VALORSA.

1995

  • STRID engage une personne en programme d’occupation pour mettre sur pied un projet d’animation qui tournerait dans les écoles. 80% des enseignants contactés s’inscrivent. Ce succès incite le SESA (Service des Eaux, Sols et Assainissement du canton de Vaud) à soutenir la démarche. Le SESA charge STRID d’étendre cette action aux autres régions du canton.

1994

  • Premières prises de contact avec les écoles du Nord vaudois. STRID met à disposition des enseignants des mallettes contenant différents prospectus. Le concept ne retient pas l’attention et doit être revu.
Fermer le menu